Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

ANCIENS >> Photos de Chavagnes
  Classe de 4 I (1961)
  Pèlerinageà Lourdes (1961)
  Classe de 6ème (en 1958)
  Communion Solennelle (58-59)
  De pieux retraitants.
  Une joyeuse fête des rois (1959)
  Classe de 6èmeIII (1958)
  Classe de 4ème(?) (1950)
   

 

 

Les Sixièmes de 1958.

 (Photo envoyée par Gilles Sachot)

voir la photo "en grand" ( élèves reconnaissables) ou en "très grand" (très reconnaissables)

Merci Gilles car je n'avais pas de photo de ces chers professeurs. Je reconnais en allant de gauche à droite et de bas en haut :

  • Le Père Cornuau (excellent professeur en latin),
  • "Pépé Aumon" (ou Si bémol toujours et partout qui a torturé nos petits doigts pour atteindre cette fameuse touche noire). Mais très grand organiste connu en Europe pour sa méthode des accords avec n°.)
  • Le Chanoine Coumailleau, notre Supérieur, qui savait nous punir avec humanité lorsque nous étions renvoyé chez lui. Pardon 44 ans après, pour vous avoir infligél'audition des plaideurs en 5ème. Vous avez tout écouté, malgré notre mauvaise diction, sans bailler, à l'heure de la sieste !
  • Le père Poyer(?), professeur de Math .
  • Les deux suivants n'ont jamais été mes profs, mais je dirais : Pères Bibard et Besson (?)
  • A gauche de la statue (recouverte dans l'émission de M6) : Le Père Sorin, l'homme "à la voix d'or". Merci Père pour les histoires enregistrées à France Culture. Vous veniez avec votre gros magnétophone à bandes nous faire écouter le "chien des baskervilles" et autres théâtres radiophoniques.
  • Le Père Bossard (mon prof d'histoire en 4ème. Nous avons passé une bonne partie de l'année sur Jeanne D'arc). A-t-il réellement eu des apparitions ? Je le croyais à cette époque. Grand mystique, n'hésitant pas à tomber à genoux dans les allées lorsqu'il lisait son bréviaire. Il venait parfois à Mormaison, à l'Aumônerie des soeurs et je l'ai vu de mes propres yeux tomber en extase dans l'allée du jardin.
  • A droite de la vierge, le respectable Père Bourdeau. J'espère que du ciel, il va regarder avec un oeil amusé tous les petits crétins que nous étions, car nous nous moquions de son physique. Tout le monde se souvient des quolibets aussi peu charitables que "dix heures dix", "pingouin". C'est vrai que sa soutane portait souvent la trace du menu du jour. Je l'aimais bien comme prof de Math.
  • En haut à gauche : le Père Garnier. Homme moderne dans ce milieu typé. Je me souviens de lui comme étant l'organiste suppléant. C'est lui aussi qui passait les films. Dois-je dire en public, Père Garnier, que vous avez massacré la belle oeuvre du Commandant Cousteau, en nous faisant voir la deuxième bobine avant la première. Comme vous étiez vous-même surpris par le ton du film, vous aviez cru que vous vous étiez trompé, avez interrompu la projection et passé la deuxième bobine. Ce fut très dur et finalement ceux qui avaient un billet d'honneur blanc n'ont pas été très punis ce jour-là.
  • Complètement à droite, le Père Daviet. Par respect pour son état de santé actuel, à la maison de retraite de Martinet, je ne rappellerai pas ses hauts-faits, en tant que surveillant de 6ème. Un souvenir heureux : les lectures qu'il nous faisait au retour des promenades. Il y a un histoire de grottes qui me fascinait, mais je ne me souviens plus.

 

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010