Inédit : le véritable règlement
| plan du site | quelques photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
 
Les professeurs et le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
> Soyons clairs.
> Des textes éclairants.
> Quelques anecdotes.
> Un peu d'humour.
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
 
Adresses et liens utiles (nouveautés 2021).
 
Vos Réactions.

Abordons franchement cette question

que tout le monde nous pose.

  1. Le mot sexualité n'était pas utilisé, mais on parlait de pureté. Tout était organisé pour que ne rencontrions pas de personne du sexe faible. Et je ne savais pas à l'époque qu'il pouvait y avoir des risques avec le sexe fort : le règlement précisait "nunquam duo, raro tres" pendant les récréations ou promenades (jamais deux, rarement trois)
  2. Pour parler sérieusement de cette question, il faudra aborder le célibat des prêtres, sans quoi tout le dispositif reste incompréhensible. Il faut aussi considérer la personnalité du Père Fondateur qui a fait les mêmes voeux que les moines.
  3. On peut aussi en parler de façon détachée, voire humoristique, mais ceux qui attendent des histoires croustillantes ont intérêt à bien connaître le latin (les enfants peuvent lire sans problème ces pages).

En 2021, il est difficile de garder ce même ton "distancié". J'ai manqué de perspicacité ou de courage en 2004, comme on peut le voir sur la page "soyons clairs", car dès 2004, Jean-Robert avait écrit un livre et m'avait averti. Pourquoi n'y ai-je pas apporté plus d'importance ? Pourtant j'étais "très militant" dans bien des domaines. Inconsciemment, si j'ai éprouvé le besoin de faire connaître le réglement de Chavagnes, c'est bien que je sentais qu'il y avait un problème avec "Chavagnes" et que je ne savais comment l'aborder. A l'époque, j'avais mes propres problèmes "psy" que je raconterai peut-être ailleurs. Je n'ai pas été victime au sens de pédocriminalité (sauf le zizi dans les mains de "grand cheval" comme pratiquement tout le monde, comme l'écrit avec détails Jean-Pierre Sautreau puisque c'était carrément "une technique de confession" écrite dans un cahier). Mais comme beaucoup, même sans avoir été abusé, j'ai été brisé, n'ayant pas eu d'adolescence...

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 15 mars 2021