Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
 
Le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
> Soyons clairs.
> Des textes éclairants.
> Quelques anecdotes.
> Un peu d'humour.
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
 
Adresses utiles.
 
Vos Réactions.

De la perfection de l'amour.

Organigrammes | de la continence en général | actes imparfaits

IV. - DE LA CONTINENCE - COMPLETE
ACTES IMPARFAITS

724
On suppose que les époux ont des raisons vraiment graves d'éviter une naissance (occasion nécessaire).
Sont PERMISES certaines privautés intimes a tactus et aspectus in partibus inhonestis - et etiam penetratio vasis feminei(1) - à condition que les époux soient bien décidés à ne pas rechercher volontairement la jouissance complète (pollution et orgasme féminin). La RECTITUDE d'INTENTION est d'une importance capitale.


S'ils éprouvaient la satisfaction complète - par surprise - ne pas s'en inquiéter.


Si la surprise risquait de devenir habituelle, les époux devraient se demander si cela n'est pas dû à leur INTEMPERANCE et à leur MALADRESSE (Cf. 723-c).


Ils mettront alors en oeuvre moyens naturels et surnaturels pour ramener le nombre dés accidents à une proportion acceptable. Si aucune amélioration ne se produisait, les époux devront s'interdire cette façon d'agir et en rechercher une autre ne présentant pas les mêmes inconvénients.


725. - Remarque 1. - Lorsque les époux se livrent à des privautés permises, si l'un ou l'autre s'aperçoit de l'imminence de l'effet dernier, ils doivent interrompre la cause destinée à le produire.


726. - Remarque Il. - Faut-il avertir les époux qu'ils ne doivent pas consentir à l'effet dernier du plaisir. Vous appliquerez avec prudence les règles générales (n. 115 à 134). La volonté arrêtée de ne pas consentir est un signe de rectitude d'intention.



---Notes
(1). - Selon St Alphonse (n. 918) : " illa penetratio vas is feminei tune reputolur instar tactus verendorum qui inter conjuges permittitur, vol saltem non est mortalis, secluso periculo pollutionis. St Alphonse ajoute que, d'ordinaire, il y a faute mortelle à cause du periculum proximum pollutionis - à moins que les époux n'aient fait l'expérience du contraire. Le C. devra donc se montrer, très prudent pour permettre a priori cette . copula reservata "
Cependant, en raison du tempérament, ou même, à s'en rapporter au dire des laïcs sincères et chrétiens, par suite d'une certaine éducation de l'amour et de l'acte conjugal, il peut se faire que cette "copula reservata " ne soit pas, en fait, pour un certain nombre, une occasio proxima pollutionum, tout en étant une marque normale d'affection conjugale.
Interrogé à ce sujet, le C. pourra s'en remettre à l'expérience loyale des époux, et, sans entrer bien entendu en aucun détail, renvoyer ceux-ci à des personnes chrétiennes et compétentes. S'il le juge prudent, le C. pourra leur indiquer la lecture de telle brochure rédigée par un laïc averti de ces questions.

(Par ex. LA CONTINENCE ET L'ART D'AIMER par P. Chanson qui paraîtra sans doute aux Editions Familiales en 1949).
M. le Vicaire Général MARTIN nous a permis de citer la note qui figurera au n° 128 de sa & Edition (Pâques 1949)


Cette copula reservata n'est pas rare chez les personnes qui ne veulent pas d'enfants et qui désirent tout de même observer la loi chrétienne du mariage. Pour qu'elle soit permise, il faut

1°) que soit honnête l'intention des époux ; donc qu'ils ne veuillent pas la jouissance complète (i.e. effusio seminis) et, s'ils la sentent venir, qu'ils l'empêchent en interrompant ce rapport : de telle sorte que, si elle se produit, elle soit réellement praeter intentionem.

2°) que la jouissance complète soit rare, ou que, si elle est assez fréquente, il y ait vraiment raison grave a) de se permettre cet acte; b) de ne pas faire la copula perfecta Cf. Cas 38 "

Selon ce cas 38, si les actes imparfaits (parmi eux la copula reservata) de soi et en fait influent tellement in pollutionum qu'ils sont moralement liés avec elles, ces actes imparfaits sont interdits sub gravi.



(note de BB : tout ce qui précède est textuel. C'est un peu trop compliqué pour que ce soit voulu par le créateur qui a réalisé des lois de physiques compréhensibles).

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010