Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
> Pourquoi ?
> Comment parler de Chavagnes ?
> De quel droit ?
> Particularités de ce Séminaire
> Réactions d'anciens.
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
 
Le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
 
Adresses utiles.
 
Vos Réactions.

Comment parler aujourd'hui de Chavagnes ?

 

Il ne va pas être facile de trouver le juste ton. Mais un ancien séminariste de Chavagnes devrait pouvoir y arriver !

  • Comment faire pour que ceux qui considèrent encore la Vendée comme un département tourné vers son passé (suivez mon regard !) ne prennent pas prétexte des documents que je vais publier pour penser que la majorité des gens en sont encore à ce niveau ? Et pourtant ces documents ont existé. Nous avons bien connu un véritable conditionnement ( mais heureux conditionnement me disait un jour un professeur devenu depuis cardinal).
Pour leur faire plaisir une petite photo amusante sur la page de ce lien.
  • Comment ne pas blesser ceux qui sont devenus prêtres et qui ont digéré intellectuellement tout ce passé, et je l'espère psychologiquement. Il y a eu depuis un Concile qui a réformé et rendu caduques de nombreuses dispositions, notamment concernant les rites et la liturgie et qui nous a réconcilié avec "le monde". Mais, il est vrai qu'il reste des domaines où l'actuel Vatican ne fait pas preuve de beaucoup de réalisme. On pense tout de suite à ce qui concerne le célibat obligatoire pour la majorité des prêtres (de rite romain, mais pas de rites orientaux...) ou à l'interdiction faite aux femmes de bonne volonté d'être ordonnées ou à l'impossibilité d'un remariage pour les divorcé(e)s. Or, l'esprit de ces directives a eu beaucoup d'importance dans la préparation des jeunes séminaristes à la chasteté (on parlait surtout de pureté à l'époque).

    J'aimerais faire mention de deux prêtres (leur modestie dut-elle en souffrir) : Robert Courgeau, en particulier pour la très tonifiante cérémonie qu'il a célébrée il y a une quinzaine d'années pour le remariage d'un Compagnon d'Emmaüs. Jean Augereau, l'aumônier de Vendée des Gitans, pour les messes qu'il a célébrées avec eux à Nesmy et pour la manière avec laquelle il s'adresse aux jeunes et aux enfants. Ce sont des hommes libres !

  • Comment ne pas paraître un peu mou et finalement bien "curé" pour ceux qui ont réellement soufferts de ce passage à Chavagnes et qui ne veulent sans doute pas que l'on trouve des raisons à posteriori pour atténuer, en disant "c'était l'époque, on a pu faire des études, c'était partout pareil "... De nombreux camarades sont devenus sinon hostiles à la religion, du moins bien étrangers. Certains pensent même qu'il y a eu des abus à Chavagnes et qu'il faudra bien en parler un jour.

    Je ne me permettrai pas de parler de choses que je n'ai pas connues. Mais je peux affirmer qu'il y avait un peu de sadisme de la part de certains surveillants, un peu de folie de la part de prof(s) sujet(s) aux apparitions, de la maladresse dans les questions posées pendant les confessions (sans savoir ce que c'était, j'ai répondu oui à une série de questions et je me suis accusé de ce que j'ai pu nommer bien plus tard "masturbation" - on disait onanisme). Je n'oublie pas pour autant l'humour, la gentillesse et le professionnalisme des autres professeurs.

    Si certains condisciples ne sont pas d'accord avec le fait que je montre sur quelques photos ou listes qu'ils sont passés par Chavagnes, qu'ils m'écrivent et je masquerai ce qui les concerne. (Il n'est a priori pas possible de demander toutes les autorisations...)

  • Enfin, plus fondamentalement pour moi, comment faire pour que les religions ne deviennent pas encore plus suspectes ? Comment ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain ? etc...

    J'ai trouvé un excellent truc pour faire le ménage dans ma tête : quand j'ai un doute, je m'en rapporte "à l'auteur du Big Bang" et je vous assure que cela aide à mettre les choses en perspective.

Finalement, et si c'était important qu'un ancien qui a connu la formation du passé et qui a fait de nombreux tris du fait de ses expériences avait quelque chose à dire sur l'état actuel de l'Eglise Catholique Romaine ? L'occasion est trop belle, puisque l'Eglise Catholique de Vendée va "rentrer en synode". Par ailleurs, vous ne le savez peut-être pas, mais on peut être inquiet de la nouvelle génération de prêtres - qui pourtant n' ont pas connu Chavagnes - mais qui devant les difficultés dues à la décroissance du fait religieux retournent "aux valeurs du passé". Dans certains diocèses l'Opus Dei est active. J'ai rencontré par hasard, cet été, un groupe de jeunes venant de différentes villes et réunis par l'Opus Dei. En les interrogeant, je me suis rendu compte qu'ils ne savaient pas très bien ce que c'était, mais ils étaient heureux de trouver un endroit pour se réunir ou travailler etc. On n'est pas loin de l'approche sectaire.

En 4ème je me voyais en rêve en train de convertir La Russie (sans rien connaître au communisme, sauf qu'il était athée !) . Ma vocation est peut-être d'éclairer les spectateurs d'Endémol ! (humour, je ne me sens plus investi d'aucune mission et je ne connais rien à l'audimat).

Pour trouver le juste ton, il suffit de ne pas se prendre au sérieux, de mettre un grain d'humour, sans blesser inutilement ni trahir consciemment.


"Bienheureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes
Ils n'ont pas fini de s'amuser"

C'est toute la grâce que je souhaite aussi à mes frères musulmans.

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010