Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
> Pourquoi ?
> Comment parler de Chavagnes ?
> De quel droit ?
> Particularités de ce Séminaire
> Réactions d'anciens.
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
 
Le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
 
Adresses utiles.
 
Vos Réactions.

Pourquoi parler aujourd'hui de Chavagnes ?

 

Cela fait longtemps que j'avais envie de faire paraître des documents concernant cette époque. Mais comme tout le monde, je remettais au lendemain le moment de passer à l'acte. Il se peut que je me censurais en me disant que c'était très intime et qu'il y avait prescription. Voilà ce qui m'a fait changer d'avis

  1. Il y a deux ans, une jeune professeur stagiaire me posait des questions et voulait savoir comment on pouvait prendre la décision de rentrer au séminaire et surtout d'en sortir. Comment vivre avec cette question "et si j'étais vraiment appelé" ? A l'époque, je lui ai conseillé de lire le livre d'Alain Rémond (On dirait que c'est ma vie transposée en Bretagne, en plus heureux !)

  2. De temps en temps, un de mes collègues, ancien de Chavagnes essaie de me parler de cette époque. Tout récemment, il semblait "touché" d'avoir revu fortuitement à une réunion, un ancien de sa classe.

  3. Dernièrement, les articles parus en juillet et août sur les projets d'émission de M6 m'ont incité à me dépêcher à commencer ce site. Je tenais le bon prétexte. Cela ne paraîtrait pas trop artificiel de reparler du passé "de la Vendée profonde". Cela permettrait aussi de ne pas avoir peur de s'engager personnellement : nos histoires seraient bien peu de choses par rapport aux étalages habituels de la téléréalité.

  4. Il me semble qu'il peut être intéressant de comparer "notre réalité" avec ce qui va être montré. Dans les pubs de M6, il manque pour moi l'essentiel. L'effet "immersion des jeunes d'aujourd'hui" dans notre ancien univers est évidemment garanti d'un point de vue télévisuel. Mais, il faut rappeler que Chavagnes n'était pas un pensionnat comme les autres : c'était un petit-séminaire. Nous étions volontaires et heureux d'être appelés à vivre cette vie. Issu du monde rural, je voyais tous les jours mes parents se lever à 5h. Chez moi, il n'y avait pas d'eau courante, pas de chauffage dans les chambres. Quel honneur et quel confort ce fut pour moi de rentrer au Petit Séminaire !

  5. Chavagnes était un petit séminaire particulier. Que mes anciens condisciples des autres diocèses me pardonnent. La Vendée a connu avec un décalage de10 à 20 ans les évolutions des autres diocèses pour le nombre de vocations. Cela est fort bien expliqué dans le livre de Charles Suaud (voir rubrique bibliographie). Il y a eu nécessairement des incidences sur le recrutement et la manière de vivre au Séminaire. Les locaux et le règlement ont accentué ces phénomènes (comment vivre dès 12 ans les exigences du sacerdoce : être appelé, à l'écart du monde, devant vivre comme des moines avec le bréviaire et la chasteté- la pauvreté c'était pas dur, on connaissait ) ! Le terrain vendéen n'explique pas tout, car il suffit de penser que le séminaire Jean XXIII des Herbiers (de la seconde à la terminale) passait pour un lieu très ouvert physiquement et moralement. Nous avons été très heureux aux Herbiers. Chavagnes avait donc sa spécificité ! et pourquoi avais-je tant envie de partir alors que j'étais un séminariste à 120% ? (Les anciens comprendront l'allusion, on chantait en 4ème "vivement les caillebottes", comme à l'armée on chante "vive la quille"). (Ce plat de lait caillé était mangé le jour de la fête que nous passions à La Rabatellière à la fin de l'année scolaire... voir rubrique " quotidien-coutumier")

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010