Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
> L'organisation de l'espace
> Le Réglement
> Le Coutumier
> Les notes et récompenses
> Les Repas
> La Piété (toujours et partout)
> La Rabatelière
> Les Vacances
> La relation avec la famille.
 
Le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
 
Adresses utiles.
 
Vos Réactions.

La vie quotidienne pendant les Vacances.

Considérations générales illustrées par un cas particulier.

Les vacances étaient considérées comme une occasion potentielle de perte de vocation. C'est pourquoi plusieurs précautions étaient prises.

 

Avant de partir :

A la fin juin, ou début juillet, l'année se terminait par une retraite spirituelle dite de persévérance.

Pendant les vacances, nous étions astreints à plusieurs obligations.

Au début des vacances, nous allions chez Monsieur Le Curé chercher nos notes trimestrielles.

Les séminaristes avaient une place réservée dans le choeur de l'Eglise, dans les stalles. Tout le monde pouvait nous voir pendant la messe.

Un peu plus tard, à partir de la quatrième, je tenais l'harmonium (j'étais caché derrière le grand autel).

 

Nous devions, chaque jour, aller à la messe le matin et si possible faire une visite à l'église dans le milieu de l'après-midi, pour la visite "au Saint-Sacrement". La messe, ça passait encore. Mais, personnellement, j'avais beaucoup de mal à 12 ans (peur et honte mélangée) pour traverser la place de l'Eglise tout seul, en plein après-midi pour rejoindre une église vide...Le presbytère était à droite de la place...

Nous devions faire attention à ce que nous disions et faisions. Ce n'était pas facile pendant la période des moissons et "des battages". C'était facile de boire un petit coup !

 

 

A la fin des vacances nous étions évalués.

Monsieur le Curé répondait à un questionnaire et l'envoyait au séminaire. Certains curés le remplissaient devant moi.

A la fin de ma première année de Grand Séminaire à Luçon, je suis parti à la fac de sciences de Nantes. Cette année, Monsieur le Curé de Mormaison n'a donc pas rempli le questionnaire et heureuse initiative, il me l' a donné. Je peux donc vous montrer ce qu'était ce questionnaire. Celui-ci date de septembre 1967. Un année après j'allais vivre mai 1968 en Live : admirez le décalage et le grand écart que, séminariste j'ai dû effectuer. Rassurez-vous (ou au contraire soyez horrifié) : je n'ai pas perdu ma vocation à ce moment-là. Il m'a fallu bien plus que mai 1968 ! "Heureux conditionnement" disait mon excxellent professeur d'Ecriture Sainte, devenu cardinal.

Page 1

GRAND SÉMINAIRE de LUÇON
Luçon, le...27, 6, 1967
Monsieur le Curé
J'ai l'honneur de vous adresser, ci-contre, un Formulaire relatif aux élèves du Grand Séminaire, en vous priant de bien vouloir répondre aux questions qu'il contient, pour ce qui regarde M. l'abbé B. BULTEAU et de m'adresser votre témoignage à la fin des vacances. Ce: questionnaire est imposé par la Sacrée Congrégation des Sacrements (Instruction du 27 décembre 1930) et la réponse est exigée pour l'appel aux Ordres.
Veuillez agréer, Monsieur le Curé, l'expression de mes sentiments respectueux et dévoués en Notre-Seigneur.
LE SUPÉRIEUR DU GRAND SÉMINAIRE.

page 2 et 3

Certificat des Vacances
de M. l'Abbé élève du Grand Séminaire
l. A-t-il accompli régulièrement ses exercices de piété, spécialement l'oraison, l'assistance à la Sainte Messe, la visite au Saint Sacrement, le chapelet ?
2. S'est-il approché fréquemment des sacrements d'Eucharistie et de Pénitence '?
3. A-t-il du zèle et du goût pour le culte divin ? Accepte-t-il volontiers de remplir quelque fonction dans les cérémonies sacrées ?... de servir la Messe ?... s'en acquitte-t-il pieusement ?
4. A-t-il montré de l'attrait et des dispositions pour le Ministère, spécialement pour les Oeuvres
5. S'est-il appliqué au travail intellectuel ?... à quelles études ?

6. N'a-t-il point fait des lectures imprudentes ou dangereuses
7. A-t-il toujours été prudent dans ses relations
8. A-t-il toujours été réservé dans son langage
9. Dans sa conduite ou dans ses conversations aurait-il mérité quelque blâme
10. Comment s'est-il conduit dans ses relations avec les enfants, ou avec les jeunes filles ?
11. Montrerait-il quelque recherche du bien-être, quelque penchant pour la boisson ou la bonne chère ?
12. A l'égard de ses supérieurs se montre-t-il charitable, respectueux et obéissant

page 4

13. Quelle opinion a-t-on de lui dans la paroisse ? Voit-on quelque obstacle sérieux à ses ordinations ?
14.Y a-t-il dans sa famille quelques traces d'hérédité morbide, physique ou mentale ?
15. Sa famille exerce-t-elle sur lui une pression pour le pousser au sacerdoce?

Observations particulières de Monsieur le Curé
Paroisse de-----------------------------------------le-----------19 Le CURE.
Luçon Imp. S. Pacteau

 

 

Après les vacances ?

Je n'ai jamais eu de commentaire de la part de mon Directeur de Conscience. Il faut dire que je faisais tout pour avoir un bon certificat :

Je jouais de l'harmonium aux messes, il n'y avait pas de télé à la maison. Peu de journaux dans la commune. Pourtant j'ai failli avoir un pépin, quand ma tante Raymonde (qui venait de Tunisie tous les 10 ans ) m'a demandé d'aller acheter France Dimanche - je ne savais pas ce que c'était- et que Madame B., la vendeuse m'a regardé avec de drôles de yeux en demandant pour qui je l'achetais. J'ai compris plus tard que j'ai frôlé la faute !

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010