Inédit : le véritable règlement
| plan du site | une visionneuse à photos |

La phrase du jour : " Qui regulae vivit, Deo vivit" (extrait du réglement)
c'est vivre pour Dieu que de vivre conformément à une règle

sweet home

 
Introduction
 
L'histoire du Petit Séminaire :
 
La vie de tous les jours :
 
Le travail intellectuel :
 
Le recrutement
 
Et le sexe dans tout ça ?
 
Le coin des anciens
 
Bibliographie
> Sociologie
> Histoire
> Littérature
> Psychologie
> Autres Témoignages
 
Adresses utiles.
 
Vos Réactions.

Réactions de Pierre-Marie Bourdaud

(un peu moins amusées que les miennes)


voir aussi extrait de mes biens chers frères

LE COU DU CANARD
Pierre-Marie Bourdaud
Graveurs de Mémoire
LITTÉRATURE ROMANS, NOUVELLES France (Ouest)

"Ah cette boule qui t'obstrue le ventre, indicible : ta douleur est non pareille. Nul ne la sait, pourrais-tu la dire nul ne l'entendrait. Et puis tu vis en un temps où l'enfant on le lave, on le nourrit, mais on le touche de peu ; l'écouter, le regarder, n'a guère cours, etc". Naître batard dans l'Ouest rural, cartholique et muet du XXème siècle commençant : mauvaise pioche. Voici le récit de cette histoire de malchance, toute une vie dense dans, ferme, village, école puis séminaire ; vie où le malvenu n'occupe que des strapontins, vie qu'il finira par quitter à vingt ans, on ne sait pour où.

ISBN : 2-7475-4418-4 • juillet 2003 • 160 pages

Prix éditeur : 15 € / 98 FF

pour commander : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=15141&razSqlClone=1


XII


Les années 20 furent dites folles. Pas au séminaire de S...
On n'y parvenait qu'au bout d'un long voyage. Train, car, rarement automobile, on finissait souvent à pied après des heures de fatigue et de nostalgie au milieu d'une campagne indifférente et de plus en plus campagne. Il fallait perdre la bigarrure du monde pour s'enfermer là, champ clos où luttaient contrainte d'une discipline de fer béni et grandeur d'un rôle à jouer dans le salut des autres, sécurité d'un destin tout tracé et inquiétude du Mal toujours à l'œuvre. Petite planète à part où l'extérieur n'arrivait qu'assourdi, filtré. Quand il arrivait.
Loin de la ville, solitaire, le séminaire opposait ses hautes murailles de citadelle au carré à la nature éparpillant ses haies riches en nids musicaux, mûres goûteuses et boules d'églantier gonflées de poil à gratter. Pour seul voisinage une ferme, la sienne, fournissant lait, oeufs, volaille, porcs et autres produits dont la vente rejoignait la bien plate escarcelle de Monsieur l'Econome. La mer était proche qui étalait ses vagues à l'air libre, mais il lui tournait le dos, vous préservant des redoutables charmes de l'infinie tentatrice aux froides couleurs concentrés dans des corps souples et exposés, plaisamment occupés à rien, livrés contents à l'attrait de cette étendue sans bornes.
Valise tirant le bras, phalanges cisaillées au rouge par la poignée de cuir, tu avances quand même - tu ignores ce qui t'attend, et ton oncle pousse. Tu lèves la tête, la grille te tend sa poigne, la masse du bâtiment t'écrase. Coiffé de bleu sombre, sculpté dans un granit triste et têtu percé d'étroites fenêtres grises, dominé par un christ de fonte aux bras étendus protège-t-il ou surveille-t-il, qui du ciel verrait sa cour apercevrait des points noirs en grappes, en lignes, en carrés, jamais seuls : les séminaristes, sauf un parfois, au piquet. Qui tendrait l'oreille n'entendrait que des déclinaisons, des Pater et des Ave, des cantiques et des litanies. Qui chercherait la joie, trouverait-il.
Dans le dortoir aux lits sur trois rangs méticuleux, première nuit. Tu commences pour de bon ton métier d'orphelin. Les rideaux tirés à gros plis empêchent la lune de te rejoindre comme avant, du temps où tu croyais pouvoir toucher d'un doigt curieux sa face désolée. Une pénombre jaunâtre, tombée des veilleuses à l'œil rond et fixe, glace tout. La mise en tenue de nuit a été une rude épreuve. T'étant toujours dévêtu seul et sans façons, tu as imité gêné les contorsions pudibondes de tes voisins pour cacher vos parties dites, on saura vous le répéter, honteuses. L'un gigote rougissant derrière la porte de son placard bas, l'autre tire désespérément les basques de sa liquette rayée sur des cuisses tremblantes, le troisième fait coquille de sa literie pour se déculotter - pitoyables gesticulations. Ta peau frissonne des premiers pans d'une chape glacée : la Culpabilité. Et même cachés maintenant de pied en cap, face à qui vous possède et va désormais vous régenter, vous voilà sans défense, comme nus.
Couché en chien de fusil dans un lit dont il a fallu accepter le froid, aussi haut qu'un catafalque mais blanc des draps aux couvertures, le poing à ta bouche et la tête et le cœur pleins d'ailleurs, pleins d'autrefois, pleins d'Eux deux, tu pleures. Tu n'entends pas qu'ici et là de petites bosses pâles font de même ; mais ces vagues lentes sont sans bruit, sans que crisse le métal ou si peu, sans que cesse le silence maître des lieux et des années à venir, sans que s'arrête l'ombre noire du pêcheur d'âmes, statue mobile à l'œil trou-de-serrurier (cette navette, quel pouvoir sur vos corps abandonnés) faisant craquer en cadence les lames du parquet inégal comme des os vermoulus. Non, elle s'arrêtera. Pour te commander à voix basse d'allonger les jambes, pour te transformer, raide et tremblant, en gisant.

 

 

Ce site n'engage pas la responsabilité de l'Eglise institutionnelle.
Contact : webmaster@petitseminaire-chavagnes.com

accès au haut de cette page dernière mise à jour le 8 février 2010